// actualités

Actions syndicales

Billet d’humeur : MAPA et honoraires #2

2 – Quand le prix le plus bas se fait évincer

Un maître d’ouvrage de la Région Lorraine lance un appel d’offres ouvert pour rénover un amphithéâtre, à partir d’une étude diagnostic faite par un confrère. Le cahier des charges auquel est joint le diagnostic est extrêmement exigeant : l’offre doit comprendre 4 chapitres très détaillés et réclame de la part de chacun des postulants un vrai travail d’approche et d’estimation.
Budget : un peu moins de 1,6 M€HT
Mission demandée : Base + Exe + OPC + SSI
Taux prévu pour la maîtrise d’œuvre : non précisé à l’ouverture des plis

Suite à l’analyse de la commission technique, 9 offres sont examinées suivant le règlement de l’appel d’offres et son canevas de 100 points, ou chaque critère est parfois apprécié au demi-point près (!)
Pour les prix, les offres hors OPC s’étalent de 12,8 % pour la plus haute à … 6,7 % pour la plus basse. Cette dernière est à moins 41% de la suivante, et à moins 60 % de la moyenne des offres.

On aurait pu craindre le pire et c’est pourtant le meilleur qui va sortir de ce dossier. Sur la base de son analyse très pointilleuse, la commission technique propose le classement de l’offre la moins chère en “anormalement basse” : l’équipe a été purement et simplement écartée du classement par la commission.
Après cette élimination, la commission technique a repris son canevas, et au final, ce n’est ni le 2nd, ni le 3ème, ni le 4ème mais le 5ème candidat (du moins si on se base sur le critère du prix) qui a été désigné lauréat, alors qu’il avait répondu à 11,2 %, soit pas loin du double de l’offre la plus basse ; simplement parce qu’il avait su répondre point par point à toutes les attentes du maître d’ouvrage.

Ce qu’on peut en déduire :
1 – Les estimations et les attentes des maîtres d’ouvrage sont toujours aussi réalistes (il est fort probable qu’un prix supérieur à celui du lauréat était en fait budgété)
2 – On ne peut pas en dire autant des estimations de certains confrères : le prix anormalement bas a déconsidéré ici totalement l’équipe moins-disante aux yeux du maître d’ouvrage.
3 – Le prix bas est tout à fait contournable dès lors que les attentes du maître d’ouvrage sont précises.

Certes, ce cas réel reste exceptionnel du fait de la structure de la maîtrise d’ouvrage, et du travail demandé à chaque équipe : le programme d’une complexité non négligeable a rendu le maître d’ouvrage très exigeant dans ses attentes. Ce n’est structurellement pas le cas pour beaucoup de projets plus modestes. Mais cet exemple en opposition à celui de notre exemple précédent, démontre bien la faculté d’un MAPA, si il est correctement mené, à s’adapter à son objet.

Comment encourager et faciliter ce type d’approche, sans alourdir considérablement l’énergie nécessaire à la fois pour les maîtres d’ouvrage et les architectes ? Comment les architectes peuvent-ils cadrer leur offre ?

-> La suite et fin dans le billet Mapa et honoraires #3.

UNSFA  LORRAINE
L’union des syndicats d’architectes de Lorraine

Discussion

Un commentaire pour “Billet d’humeur : MAPA et honoraires #2”

  1. […] -> La suite dans le billet Mapa et honoraires #2. […]

    Posté par Billet d’humeur : MAPA et honoraires #1 | UNSFA 57 - L'union des architectes de Moselle | 12 octobre, 2009, 13:50

Poster un commentaire

Simple Calendar

26 février 2018
2 mars 2018

Se connecter